Menu

La nymphoplastie est-elle prise en charge par la sécurité sociale ?
5 (1)

labioplastie ou vaginoplastie

Encore appelée labioplastie ou vaginoplastie, la nymphoplastie est une opération des lèvres génitales visant à les réduire. Selon les statistiques, le nombre de nymphoplasties effectué en France augmente de 25 % chaque année. Si pour certaines patientes une malformation congénitale ou des douleurs justifient une telle intervention, pour d’autres, il s’agit simplement d’un caprice esthétique.

Cependant, la nymphoplastie est-elle prise en charge par la sécurité sociale ? À quels taux ? Quelles sont les conditions et où se faire opérer à moindre coût ? Découvrez des réponses à vos interrogations dans cet article.

Quel est le taux de remboursement d’une nymphoplastie ?

Conformément au code de l’assurance-maladie (JMMA005), la sécurité sociale peut endosser la prise en charge d’une labioplastie. La prise en charge totale est possible lorsque le tarif de base est équivalent à 57, 44 euros.

Aussi, le montant maximum couvert par la sécurité sociale dans le cadre d’une vaginoplastie est fixé à 548, 06 € selon le code CCAM : JZMA002 de l’assurance-maladie. En clair, si les frais d’une nymphoplastie se situent en 57, 44 € et 548, 06 €, la sécurité sociale peut s’en charger totalement.

Si les frais vont au-delà de ce montant, la patiente devra elle-même payer le reste de la somme ou recourir à une mutuelle si elle en est membre, car la sécurité sociale ne couvrira que les 2/3 du montant total.

Par ailleurs, les mutuelles peuvent éventuellement se charger de rembourser totalement les frais de l’intervention. Pour cela, il faudra être un souscripteur de cette mutuelle. Il faut savoir qu’une nymphoplastie coûte entre 1500 € et 2000 € pour une intervention médicale et jusqu’à 4000 € pour une opération esthétique.

Peu dangereuse, l’opération dure en moyenne 45 minutes avec anesthésie locale ou générale selon le choix de la patiente. Ce montant prend en compte les consultations préliminaires, les examens effectués et les soins post opératoires.

En outre, il implique le dépassement horaire de l’anesthésiste et du chirurgien, les antibiotiques, les cicatrisants et les anti-inflammatoires. En France, il existe des gynécologues capables de renseigner sur ce type de chirurgie.

Plus d’information sur le gynécologue à Nancy

Quelle est l’exception à cette règle ?

Il existe un seul cas où la sécurité sociale (à travers le CPAM) peut totalement prendre en charge une labioplastie (au-delà de 548,06 €). Il s’agit d’une nymphoplastie à reconstruction vaginale.

Dans ce cas de figure, l’intervention chirurgicale constitue une transposition du clitoris chez une patiente victime d’excision. Ici, le tarif de base est fixé à 462, 98 €. Ce type d’interventions dépasse rarement le montant fixé.

Dans quel cas la sécurité sociale prend en charge la nymphoplastie ?

La sécurité sociale prend en charge la nymphoplastie uniquement lorsque l’intervention est d’ordre médicale. Un rapport médical doit justifier l’urgence de cette intervention chez une patiente donnée. Il peut s’agir de douleurs permanentes lorsque la patiente porte certains vêtements.

Il peut aussi s’agir de douleurs intenses ressenties par la patiente pendant l’activité sexuelle à cause d’une hypertrophie vaginale ou simplement une gêne chez la patiente pendant ses déplacements.

En effet, ces malformations peuvent causer des complications lors de l’accouchement ou de la ménopause. En conséquence, elles sont considérées comme des maladies dangereuses. Dans ce cas de figure, la sécurité sociale prend en charge l’opération.

Par ailleurs, la sécurité sociale peut prendre en charge une patiente si elle souffre de troubles psychologiques liés à l’aspect de son vagin. Toutefois, un psychologue doit prouver cet état dépressif.

En plus, un médecin mandaté par la sécurité sociale ou l’assurance-maladie doit approuver le verdict du psychologue. Dans ce cas précis, la couverture de l’intervention chirurgicale sera fonction de la gravité du trouble psychologique. Plus le cas est critique, plus la sécurité sociale est mobilisée.

Où se faire opérer pour bénéficier d’une réduction des coûts ?

La sécurité sociale couvre mieux la chirurgie nymphoplastie lorsqu’elle est effectuée dans une institution publique. Ainsi, pour bénéficier d’une réduction de coût de l’opération, il faut opter pour un hôpital public, au détriment d’une formation sanitaire privée. Cette stratégie limite grandement le risque de dépassement horaire.

Par ailleurs, certaines formations sanitaires publiques proposent un tarif moins élevé que d’autres. La réduction peut aller jusqu’à 25 % comparé aux prix standards généralement appliqués. En France, ces centres à bas tarifs se trouvent en grande majorité dans le Sud du pays.

On peut citer les villes comme Montpellier, Toulouse, Pau ou Nîmes. Dans tous les cas, il est conseillé d’effectuer une comparaison des prix afin de choisir le centre le plus adéquat en termes de tarif.

Consultez également notre article : TOP 10 des chirurgies esthétiques les plus courantes

Noter l'article